Quelques van der Dussen célèbres

Parmi les premiers ancêtres de la branche hollandaise, on retiendra d’abord  Jan I van der Dussen, chevalier, blessé en 1288, à la bataille de Woeringen (sur le Rhin, près de Cologne) où il se battait aux côtés du Duc de Brabant. C’est son petit fils,  Jan III,  qui bâtit un donjon au bord de la rivière Dussen (+1340), donjon qui est devenu l’actuel château de Dussen.

Un peu plus tard, on citera Nicolas, chevalier teutonique, commandeur de l’ordre à Gemert (1437) puis Utrecht, conseiller de Charles le Téméraire.

Arendt, né vers 1418 à Bruxelles, est  le personnage central dans l'introduction et la diffusion des tapisseries flamandes en Italie. Surnommé Rinaldo Boterham, il était à la fois tapissier et marchand de tapisserie ; grand voyageur et bien introduit auprès des familles régnant en Italie (les Gonzague, Este, Sforza...) il leur aurait fourni de nombreuses oeuvres. 
 
Adriaan, originaire de Delft comme l’essentiel des van der Dussen issus des branches « hollandaises », fit carrière à la Compagnie des Indes, où il avait une réputation de « dur ». Il s’occupait par exemple de réprimer les révoltes indigènes, puis partait à la chasse aux esclaves pour remplacer les indigènes décimés…  Il fut lieutenant-gouverneur aux îles Batjan, conseiller du sultan de Djohor, puis (en 1620) en charge du comptoir de Djambi (Sumatra). 
 
Vers la même époque (en 1623), un autre Adriaan van der Dussen, cousin du précédent, est accusé de complot contre la vie du prince d'Orange (Maurice de Nassau, fils du Taciturne). Il ne doit sa survie qu'à la fuite, caché dans un bateau sous un chargement de fromage (!). Certains de ses complices seront arrêtés et exécutés. 

Paulus fut contre-amiral et participa aux principales batailles navales de l’époque : l’expédition (1688) amenant le prince d’Orange en Angleterre, où ce dernier prit le pouvoir, la bataille de La Hague (1692), et la prise de Gibraltar par les anglais (1704). Il a, au cours de sa longue carrière, gagné pas moins de 64 combats navals!

Un des plus célèbres van der Dussen a été sans doute Bruno, qui représentait les Provinces Unies lors de la conclusion du traité d'Utrecht avec la France, en 1713. On peut admirer son sceau et sa signature alambiquée au bas du traité (Pirenne, histoire de Belgique en 4 volumes). Cité par Saint Simon, Voltaire, Torcy et d'autres.

Jan Lucas, petit-fils de Bruno, était un riche seigneur, possédant un magnifique château et  une fameuse collection de peintures. Il serait décédé en 1772, dans l’incendie du théâtre d’Amsterdam. Sa fille Mietje est l'héroïne un joli livre de souvenirs familiaux (Mietje van der Dusssen door LE, Ed. RUYS, Utrecht 1918)  racontant sa jeunesse puis son installation au fond de la campagne de Gueldre. Voir des extraits dans le la partie "varia".

Dans la lignée "belge" (ce mot n'avait d'ailleurs aucun sens à l'époque) retenons Libert, échevin de la ville de Bruxelles en 1577, seigneur de la Tour à Witterzée et de Bornival. C'est lui qui commença un précieux carnet familial, appelé "Memorial boucksken", que ses descendants ont tenu à leur tour pendant 150 ans.  Le texte complet en sera proposé plus loin.

Son petit-fils, Louis-François, aurait été assassiné à Bruxelles, en 1642, à l’âge de 29 ans. On n’en sait pas beaucoup plus…

Jean-Adolphe était capitaine dans la cavalerie espagnole. Il épousa en 1673 Renelde Thérèse Spruyt, arrière-arrière-petite-fille de Jeanne van der Gheynst, la mère de Marguerite de Parme par les œuvres du jeune Charles de Habsbourg, futur Charles Quint. C’est lui, Jean-Adolphe, qui, en 1685, bâtit la seigneurie de Kestergat, où se fixèrent les van der Dussen « belges ».

Eugène François, seigneur de Bornival, châtelain d’Ath en 1715, baron du Saint Empire, avait épousé en seconde noces Constance Thérèse Rubens, l’arrière-petite-fille du peintre. Leur descendance s’est malheureusement éteinte, et aucun van der Dussen contemporain ne peut se prétendre descendant de Rubens !    

François Simon Charles fut bourgmestre de Molenbeek St Jean sous le régime hollandais (1819). Il habitait le château des Etangs Noirs, disparu depuis. Il reste aujourd’hui, à Molenbeek, une rue van der Dussen, et une rue des Etangs Noirs…

Jean-Marie, dit « Jean Kestergat », a été pendant près de 40 ans journaliste à La Libre Belgique (jusqu’en 1987). Il était considéré comme un grand spécialiste de l’Afrique. Outre ses reportages régulièrement publiés, il a écrit des livres, sur l’Afrique, et des romans. Voir sa bibliographie et des extraits de ses œuvres au chapitre qui lui est consacré. Il était membre de l'Académie Royale des Sciences d'Outre-Mer. Nous lui devons la restauration du manoir de ses ancêtres, à Kestergat, ainsi que la rédaction d’un essai « les van der Dussen » comportant une généalogie complète, cet essai étant à la base du présent site.                                             

Il y en a encore bien d’autres ! La généalogie officielle* répertorie, entre 1250 et 1900, près de 500 occurrences de descendants de Jan I.

Pour découvrir plus en détails ces personnages et d’autres, ainsi que la généalogie* des van der Dussen « hollandais » et « belges », continuez l’exploration de ce site : vous y trouverez des documents passionnants – dont certains non publiés- et des liens vers d’autres sources d’information.

* Cette généalogie officielle est contestée depuis quelques années, et le bel arbre généalogique des van der Dussen, continu depuis 1250 à nos jours pourrait contenir plusieurs fractures. Voir partie « généalogie » à suivre.
Comments